Épreuve sur ouvrage

Sujet 2010 : (Marc Lazar, Le communisme, une passion française)
1re partie : Questions
NB : La réponse des candidats doit être brève (10 ou 15 lignes en fonction du type de question posée). Une dissertation à partir de ces questions n’est pas attendue et fera l’objet d’une sanction si les candidats ne respectent pas les consignes.

1.1. Selon Marc Lazar, qu’est-ce qu’incarne la Fête de l’Humanité ? (2 points)
1.2. Quels sont, selon Marc Lazar, les traits qui apparentent le communisme français au
catholicisme dans les années 1930-1950 ? (4 points)

2e partie : Dissertation (14 points)
NB : Il est demandé aux candidats de faire apparaitre clairement les titres des grandes parties dans le cadre de cette dissertation. Le cas échéant l’étudiant sera sanctionné. De plus, le niveau de langue et le respect de la grammaire et l’orthographe sont des éléments considérés par les correcteurs dans leur notation.

Sujet
Commentant dans le Figaro les résultats des élections législatives de 1956, André Siegfried
écrivait : « Je viens toujours buter sur ce phénomène, à mes yeux décidément incompréhensible, qu’un quart des Français votent pour un parti relevant manifestement d’une obédience étrangère ».
Analysez ce « phénomène » en traitant de manière plus générale des rapports entre le PCF,
les Français et la démocratie libérale depuis 1920.

Sujet 2009 : (Mariette Sineau, La force du nombre)
1re partie : Questions (chaque question est notée sur 3)

En sociologie électorale, qu’est-ce que le gender gap et le gender generation gap ? Répondez en citant des exemples pris dans l’ouvrage de M. Sineau
Comment Jérôme Jaffré et Olivier Duhamel ont-ils résumé l’équation qui fait le présidentiable et que pouvez-vous en dire à propos de l’élection présidentielle de 2007 ?

2e partie : Dissertation (14 points)

A partir de vos connaissances personnelles et du livre de Mariette Sineau, construisez une dissertation à propos de la citation ci-dessous, en veillant à faire apparaître explicitement les grandes lignes du plan que vous suivez. « Mesdames, il faut bien nous le dire, l’arme du vote sera ce qu’elle est pour l’homme : le seul moyen d’obtenir des réformes que nous désirons. […] Le prolétaire comprit cela, lorsqu’en 1848 il revendique le suffrage comme seul moyen de conquérir d’autres franchises ». Communication d’Hubertine Auclert au congrès international du droit des femmes de 1878. Hubertine Auclert est l’auteur d’un ouvrage intitulé Le Vote des femmes, Giard et Brière, 1908, cité par Mariette Sineau, La force du nombre, p.9.