Une personne admise au sein d’une formation impose automatiquement la recherche d’un logement, et s’applique précisément dans le cas des étudiants étrangers. Qu’il soit question d’une formation de quelques mois ou pour se rapprocher du lieu de travail, le choix est vaste mais il reste néanmoins fortement influencé par le prix de la location. Certains établissements sont spécialisés dans la location de logement pour les étudiants et s’accompagnent d’une aide au logement. La recherche peut se révéler complexe si l’individu s’oriente vers un compromis en termes de surface à louer par rapport au prix mais il existe des solutions et astuces permettant de cerner plus rapidement un choix pertinent.

Les types de logement

Les démarches sont différentes pour chaque type de logements et ceux proposés par le Centre Régional Œuvres Univ Scolaires (CROUS) représentent la solution standard pour les étudiants. Pour cela, il est nécessaire de constituer un Dossier Social étudiant (DSE) avant le 31 Mai après la création d’un espace personnel, afin d’espérer bénéficier d’un logement étudiant dès le mois de Septembre pour une période de courte ou longue durée. Il est possible de quitter ce type de logement à la fin du premier semestre et le CROUS sera en mesure de remettre celui-ci à disposition d’un autre étudiant.

Les étudiants ne souhaitant pas obtenir une chambre auprès d’une résidence étudiante peuvent tout à fait se tourner vers une agence ou un particulier pour trouver un appartement. Ces derniers demeurent toutefois attentifs vis-à-vis de garanties proposées par l’éventuel locataire et favorisent tout autant les étudiants désirant maintenir le logement plus longtemps. Le bail peut être rompu à n’importe quel moment pour apporter de la flexibilité mais il est nécessaire de prévenir le propriétaire 3 mois au préalable qu’il s’agisse d’un appartement meublé ou non.

Opter pour un logement en colocation est envisageable peu importe la durée et ce mode de location se distingue des autres types de logements avec l’avantage d’un loyer modéré. Le sentiment de solitude sera en plus inexistant à travers de nouvelles expériences d’échanges ainsi de partages et reste la solution la plus ouverte par rapport aux locataires de courte durée. Les colocations sont de ce fait très demandées et les offres ont tendances à disparaître rapidement.

Les logements particuliers

Un individu est en mesure de trouver une chambre chez l’habitant s’il ne souffre pas d’un manque d’indépendance, en effet, ce type de logement est similaire à la résidence universitaire traditionnelle et le locataire partagera certaines pièces avec le propriétaire, à savoir : la salle de bain, la cuisine et probablement les toilettes. Les avantages financiers restent très intéressants car le loyer est nettement inférieur par rapport à un appartement standard et le locataire bénéficiera également de services supplémentaires gratuitement, notamment la connexion internet.

Participer à un échange de chambre entre les étudiants ou contre des services est aussi une possibilité, les loyers sont relativement modestes et le locataire pourra occuper le logement en fonction de la durée de sa formation. Les services sont, quant à eux, limités à 10 heures par semaine au maximum et peuvent se manifester sous forme d’entretien de locaux, surveillance, courses ou encore une aide au devoir.

Enfin, l’étudiant peut rechercher une sous location en dernier recours auprès d’une personne tierce, la pratique est souvent utilisée par les étudiants en stage mais reste cependant interdite. Par ailleurs, la location sans permission est passible de sanctions pénales et reste une opération non recommandée en rajoutant que le sous locataire ne pourra prétendre à aucune aide.

Les aides

Le logement occupé par l’étudiant défini directement les aides au logement auxquels ce dernier peut prétendre, il existe 2 types majeurs d’aides délivrées par la Caisse d’Allocation Familiale (CAF) et ne sont pas cumulables entre elles. L’Aide Personnalisée au Logement (APL) est exclusivement réservée aux logements faisant l’objet de conventions avec l’Etat (cités universitaires, foyers, etc.) et l’Allocation au Logement à caractère Social (ALS) qui est destinée aux autres types d’habitations sous réserve de conditions. Il faut remarquer que le montant de chaque aide dépend du prix du loyer, les ressources du demandeur, le lieu d’habitation ainsi que la nature du logement. En cas de colocation chaque locataire peut bénéficier des aides proposées et chacun peut réaliser une estimation de la somme allouée sur le site de la CAF. Les délais de traitements peuvent atteindre 2 mois et les aides peuvent tout aussi être réduites ou annulées si le loyer est jugé trop élevé.

L’avance loca-pass garantie un montant à taux zéro correspondant au dépôt de garantie remis au propriétaire lors de la signature du bail, et le locataire devra néanmoins rembourser la somme après une période de 3 mois. L’aide est applicable pour tous types de logement et disponible pour les personnes âgées de moins de 30 ans. Ensuite, le Fonds de Solidarité pour le Logement (FSL) offre une assistance traduite par des subventions ou des prêts aux individus en difficulté et peut financer par exemple l’entrée du locataire dans un logement ou encore éponger des dettes de loyer.

Les étudiants sont en mesure de bénéficier du dispositif Visale, qui prendra la charge de la caution du logement et se portera par la suite garant de ce dernier à la place de tierces personnes tels les parents de l’étudiant. D’autres aides locales sont disponibles selon la région, département et établissement où l’étudiant réside et celui-ci peut se renseigner au niveau du CROUS pour les découvrir.

Quelques astuces

Les études ne sont certainement pas des périodes de relaxation anodines et disposer d’un logement proche du campus universitaire est sans doute un avantage conséquent en termes de temps et de transport. La résidence étudiante se place aux alentours des divers centres de formation et opter pour celle-ci au détriment des aides est loin d’être un compromis désavantageux. Quelques parents décident alternativement d’investir dans un logement pour l’étudiant dans la mesure où il se révèlera être un investissement à long termes, notamment lorsque l’étudiant débutera une carrière professionnelle.

La location effectuée par un étudiant est une opération limitée dans le temps et il est conseillé de favoriser les locations d’appartements ou chambres meublés afin de s’épargner l’achat d’équipements et de meubles supplémentaires. Dans cette situation, la colocation est une option idéale pour cause de regroupement de dossier suivi du partage des frais et peut s’étendre vers une colocation intergénérationnelle en échange d’un loyer réduit.