Dans la société actuelle, il existe des alternatives aux modes de travail classiques où le profit et les bénéfices sont recherchés. C’est notamment le cas avec l’économie sociale et solidaire (ESS). Cette économie sociale regroupe différents acteurs qui possèdent tous le même objectif : le partage et l’économie solidaire respectueuse de l’environnement et de l’humain. Ce mode de fonctionnement est aujourd’hui alimenté par un think tank qui réalise de manière collaborative un travail dans le domaine de l’économie sociale.

Détails sur ce mode de fonctionnement particulier au sein de notre société.

Présentation de l’économie sociale et solidaire

La législation encadre l’organisation de cette économie sociale avec la loi du 31 juillet 2014 (n°2014-856) appelée « loi sur l’économie sociale et solidaire ». Celle-ci est importante puisqu’elle permet aux sociétés concernées – coopératives, mutuelles, associations ou fondations – de se développer en ayant un cadre juridique sécurisé. Des animations régulières sur ce thème se déroulent à l’Institut Diderot.

Il faut savoir qu’aujourd’hui le secteur de l’économie solidaire regroupe plus de 2,4 millions de salariés en France, ce qui n’est pas négligeable. De même, les coopératives agricoles représentent 40% de l’agroalimentaire français. Certaines marques sont d’ailleurs particulièrement connues comme Banette ou Delpeyrat.

Cette économie sociale cherche alors à avoir un autre objectif que celui de la recherche du profit comme le précise le think tank dans ce domaine. L’activité de la société est tournée vers un principe de solidarité et d’utilité sociale. La recherche d’une économie respectueuse de l’environnement et de l’homme est une vraie priorité.

Ainsi, pour reconnaître une structure fondée sur l’économie collaborative, il faut observer sa structure juridique.

Plusieurs types de sociétés sont aujourd’hui concernées :

–          Les associations,

–          Les mutuelles,

–          Les sociétés coopératives (SCOP),

–          Les fondations.

Retrouvez des informations dans le domaine des mutuelles sur magazine-assurance.fr.

 Le think tank de l’économie sociale et solidaire

L’économie solidaire est aujourd’hui alimentée grâce aux actions menées par un groupe de travail collaboratif : le labo de l’ESS. Ce think tank créé en 2010 permet aux acteurs de ce secteur d’échanger et de réfléchir à des actions à mettre en place pour les entrepreneurs, notamment dans le domaine des financements.

La loi de 2014 apporte un véritable socle juridique à l’économie sociale. Celui-ci permet aux entrepreneurs du secteur de bénéficier de financements publics et de réaliser des investissements privés. Aujourd’hui, le secteur regroupe des activités particulièrement variées qui prônent les circuits courts et les modes de consommation durables et responsables. Le lien social est aussi au cœur de cette économie solidaire.

De plus, ce think tank permet aux entrepreneurs sociaux de faire entendre leur voix et de pouvoir réellement faire valoriser leurs actions. La réflexion collective menée au sein de ce laboratoire permet de réaliser des actions plus concrètement avec un impact plus fort sur le reste de la société. L’économie solidaire se mobilise au-delà des frontières françaises comme le précise le magazine lemonde.fr.

En définitive, il est important de connaître les avantages et le fonctionnement de cette économie sociale et solidaire afin de prendre conscience de cette alternative positive dans nos sociétés actuelles.