L’IEP de Paris est une école de référence qui dans l’inconscient collectif représente une réussite ultime, de culture et d’excellence. Bon nombre d’hommes politiques sont passés par la Rue Saint Guillaume, adresse célèbre de l’école parisienne. La sélection est très rude à l’entrée de l’école, avec un concours d’admission particulièrement redouté. Il n’est pas simple de tirer son épingle du jeu et il faut peaufiner sa stratégie pour y réussir. Il en va de même pour les IEP de Province, dont certaines ont décidé de se réunir sous une bannière commune, en présentant les mêmes épreuves de concours d’entrée.

Le dossier présenté devant le jury: excellence et motivations

Le dossier de chaque candidat compte pour moitié dans la décision d’admissibilité. c’est donc une étape cruciale. On se présente au jury pour une présentation et une séance de questions réponses. La façon dont on s’exprimera, la qualité de son argumentation, et même sa diction seront évalués. Le jury attribue une lettre à chaque dossier évalué: seuls les dossiers classés A ou B pourront poursuivre le parcours d’admissibilité. Dans certains cas exceptionnels, le dossier seul permet l’admission, en évitant les épreuves écrites, mais cela reste rare.
Le dossier contient les bulletins scolaires des trois années de lycée et des appréciations apportées à l’élève en conseil de classe. Les notes obtenues à l’épreuve du baccalauréat seront également étudiées. C’est globalement le très bon niveau académique qui est souhaité de la part des candidats, sans qu’il soit exigé d’être le premier de la classe. Les efforts effectués traduits par les enseignants dans leurs appréciations seront scrutés à la loupe. Le candidat doit aussi produire une lettre de motivation, expliquant pourquoi ils veulent rejoindre l’école Sciences Po. Le candidat est invité à présenter son projet professionnel s’il se dessine déjà, mais si ce n’est pas encore précis, il peut tout à fait le dire, en toute transparence.

Quelles sont les épreuves d’entrée à Sciences Po?

D’un très haut niveau d’exigence, les épreuves écrites de Sciences Po sanctionnent de très bonnes connaissances académiques, délivrées au cours des années lycées de l’enseignement général. Mais l’exigence en matière de méthodologie et de rédaction est très élevée, ce qui peut parfois dérouter des candidats d’un niveau correct , mais qui n’ont pas travailler les aspects méthodologiques et attentes de formalisme de l’école de la Rue Saint-Guillaume. Les barèmes retiennent des exigences au niveau de la forme comme du fond. Une excellente expression écrite est requise, accompagnée une analyse fouillée, rigoureuse et bien argumentée. Des critères analogues au baccalauréat sur le papier, mais en réalité appliqués beaucoup plus sévèrement. Il y aura trois épreuves à passer en un seul jour pour chaque candidat: une dissertation d’Histoire, une épreuve de Langue vivante et enfin l’option au choix: Mathématiques, de Littérature et Philosophie ou de Sciences économiques et sociales. Les IEP se sont regroupées pour des concours communs, sauf certaines comme l’IEP de Paris qui gardent leur concours spécifique.

L’apport d’une préparation exigeante à l’épreuve

Lorsque l’on arrive directement de terminale aux concours d’entrée en IEP, on peut être désarçonné par le niveau d’exigence des épreuves. Le concours Sciences Po n’attend pas des compétences de niveau lycée, mais des compositions écrites de haut niveau, très documentées, excellemment argumentées et à la présentation irréprochable. C’est le cas de la dissertation d’histoire, réalisée ne quatre heures. Il ne s’agit pas de « recracher » quelques dates et un déroulement historique mais de déduire et de traiter une problématique à laquelle on répondra de façon organisée et structurée. Une préparation à ce concours va permettre d’acquérir ces méthodologies exigeantes par le fait de s’exercer, d’être corrigé. Vous pourrez par exemple participer à une prépa spécifique à Sciences Po Lyon. Les futurs candidats pourront mettre en avant leurs qualités et leurs connaissances, et progresser sur leurs faiblesses. Le fait de pratiquer l’exercice qui sera demandé au concours de Sciences Po, dans les conditions d’examen, permettra au candidat de s’acclimater aux conditions de l’épreuve. C’est un point déterminant car la résistance physique, la confiance en soi et l’organisation de son propre travail seront les atouts clés des candidats en réussite.